"La famille démocratique", épisode : La limitation des mandats

PAYS : Autres Pays
DATE DE PUBLICATION : jeudi 22 octobre 2015
CATEGORIE : test
THEME : Culture
AUTEUR : Inoussa Kaboré

Cette série met en scène « une famille démocratique » dont la vie au foyer est calquée sur le modèle de la gestion des affaires politiques. Leur foyer est un « état de droit ».

Au cour de ces dix épisodes, les membres de la « famille démocratique » décortiquent le vrai sens de la démocratie et ses implications en terme de droit pour les citoyens, mais aussi et surtout des devoirs de ces citoyens vis-à-vis de leur nation.

Qu’est-ce que la démocratie ? Pour qui voter ? Pourquoi le vote doit être secret ? Pourquoi doit-on limiter les mandats ? Qu’est ce qu’un député ? C’est qui le président pour le peuple ? Que dois-je attendre de mon vote ? Pourquoi manifester pour revendiquer ces droits ? Autant de questions auxquelles cette série essaie d’apporter une réponse !

— -

Une série écrite et réalisée par
Inoussa KABORE

Durée : 10 x 7 minutes environ

Casting :
Justin OUINDIGA
Augusta PALENFO
Francine TIENDREBEOGO
Djamilatou KABORE

Chef opérateur : Tibiri KOURA
Assistant : Souleymane DRABO
Ingénieur son : Seydou PORGO, Fernand OUEDRAOGO
Electro : Abdoul Aziz ZOUNGRANA
Maquillage : Françoise SEDEGO, Jacqueline SANDWIDI
Régisseur et accessoiriste : Mamadi GANSORE
Assistant réalisateur : Abdoul Aziz NIKIEMA
Montage : Fernand Ernest KABORE
Assistant : Claude BAMBARA
Habillage graphique : Gideon VINK

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img