Côte d’Ivoire : un "Front du refus" contre la nouvelle constitution

PAYS : Côte d’Ivoire
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 octobre 2016
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Abdoulaye Koné

Le 05 octobre dernier, l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly a été arrêté alors qu’il se rendait à l’Assemblée Nationale pour protester contre le projet de loi constitutionnel. Comme lui, de nombreux partisans du front de refus de la nouvelle constitution, à l’image d’Abou Drahamane Sangaré du FPI, des ex-ministres, Ettien Amoikon et Claverie Boni, du député Gnangbo Kacou et bien d’autres, sont traqués et arrêtés lors des différentes manifestations.

23 partis de l’opposition et de la Société civile s’opposent au projet de la nouvelle Constitution. Abidjan est sous tension en attendant le référendum.

Quelques jours après son arrestation, Mamadou Koulibaly, président du LIDER, nous fait le décryptage de la « course contre la montre » engagée par Alassane Ouattara pour modifier la constitution.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img