13 décembre : Hommage à Norbert Zongo et à toutes les victimes de la violence politique

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 17 novembre 2016
CATEGORIE : Articles
THEME : Justice

Le 13 décembre 2016 marquera le 18e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons. Depuis ces longues 18 années le peuple exige vérité et justice mais rien de concret. Les organisations de la société civile, en chaque triste date anniversaire, par des manifestations rappellent les autorités que la justice doit être rendue à Norbert Zongo et à toutes les victimes de la violence politique. Ainsi, la coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) et le bureau du Collectif des organisations démocratiques de masse et des partis politiques (CODMPP) décident comme les années précédentes de commémorer le 18e anniversaire. Les organisateurs l’ont fait savoir par une conférence de presse ténue à Ouagadougou le 17 novembre 2016.


La coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) et le bureau des collectifs des organisations des masses, à travers une conférence de presse organisée le 17 novembre 2016, ont fait part de la commémoration du 18e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons d’importune. Selon Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), le 13 décembre sera commémoré cette année comme une journée nationale de mobilisation citoyenne non pas seulement contre l’impunité mais aussi contre la vie chère, pour les droits économiques et sociaux et pour l’indépendance nationale. Ainsi, l’hommage sera rendu à Flabien Nébié, Boukary Dabo, aux victimes de l’insurrection d’octobre 2014 et de la résistance au putsch du 16 septembre 2015 et à toutes les autres victimes de la violence en politique.

Deux activités sont prévues principalement ce jour. Un rassemblement est prévu au cimetière de Goughin à partir de 7h pour le dépôt des gerbes de fleur et le recueillement. Une marche meeting est également prévue à la Place de la Révolution à 9h. En ce qui concerne l’avancement du dossier Norbert Zongo, Bassolma Bazié se dit insatisfait.

Masbé NDENGAR

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img