Encadrer les talibés, c’est agir contre la radicalisation

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mercredi 5 avril 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Education
AUTEUR : Seidou Samba Touré

Le phénomène des enfants talibés, communément appelés "garibous" prend de plus en plus de l’ampleur dans la capitale burkinabè. Après quelques heures d’enseignement coranique, ces enfants desambulent les rues à la recherche de nourriture et d’argent. Malheureusement ces enfants constituent une proie privilégiée pour certaines personnes mal intentionnées. Ainsi, les talibés laissés à eux-mêmes risquent de basculer dans les mouvements radicaux. Pour leur assurer un meilleur avenir et éviter qu’ils tombent dans l’extrémisme violent, une association dénommée Gournaam-Survie encadre et alphabétise les enfants talibés de Ouagadougou.

Un reportage de Seidou Samba Touré

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img