Moussa Kaka : « Il faut s’éloigner de l’extrémisme militaire, religieux et politique »

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : mercredi 21 juin 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Médias
AUTEUR : Boureima Balima

Moussa Kaka, promoteur du groupe de presse « Saraounia » et correspondant de RFI au Niger, est un observateur aguerri de la situation sécuritaire dans le sahel ouest-africain.

Accusé de « complicité d’atteinte à l’autorité de l’Etat » pour ses supposés contacts avec la rébellion Touarègue, il sera emprisonné durant 1 an entre septembre 2007 et octobre 2008.

Dans cette interview accordée à Droit Libre TV, il décortique la sensible question du traitement de l’information relative aux groupes armées.

Pour lui, l’extrémisme peut être militaire, religieux et politique et ses solutions passent par les renseignements, la sensibilisation et le développement des régions du Sahel.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img