Sénégal : Le mouvement « Y en a marre » s’inquiète du faible niveau de délivrance des cartes d’électeurs

PAYS : Sénégal
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 juillet 2017
CATEGORIE : Blog
THEME : Opinions

« Le mouvement ‘’Y en a marre’’ engage la responsabilité de l’Etat dans la faible distribution des cartes d’électeurs. Pour eux, l’Etat sénégalais sera tenu pour responsable de toute montée de tension ou autre situation fâcheuse qui pourrait survenir, pendant et après le scrutin, du fait des frustrations de citoyens, privés de leur droit civique que constitue le vote ». Il s’explique dans cette déclaration.


Le Mouvement Y en a marre est très préoccupé par les graves retards constatés au Sénégal et dans les représentations consulaires, du faible niveau de délivrance des cartes d’électeurs, suite à la refonte du fichier électoral. Nonobstant, le caractère coûteux de cette opération, qui aura englouti 50 milliards de francs CFA du contribuable sénégalais, les citoyens sont quotidiennement obligés de faire des va et vient pour s’enquérir de la disponibilité de leur carte d’électeur au niveau des services dédiés.

La situation de distribution anarchique et partisane des cartes d’identité constatée à l’intérieur du pays et dans la diaspora crée actuellement une situation de tension permanente. Plusieurs cas d’affrontements, entre militants de différents camps, ont été relevés durant la campagne électorale qui se poursuit. Y en a marre juge ces actes de violence regrettables et invite les parties à faire preuve de davantage de retenue. Au regard de cette situation, et face à un climat électoral tendu, de graves risques pèsent sur la bonne tenue des élections législatives. Principal responsable de cette situation chaotique, l’Etat du Sénégal, par le biais de son ministère chargé des élections, doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les citoyens puissent disposer de leur carte d’électeur à temps. L’autorité étatique sera tenue responsable de toute montée de tension ou autre situation fâcheuse qui pourrait survenir, pendant et après le scrutin, du fait des frustrations de citoyens, privés de leur droit civique que constitue le vote. Y en a marre exhorte, enfin, les sénégalaises et les sénégalais à s’armer de ténacité en allant retirer massivement leurs cartes d’électeur, afin de remplir leur devoir citoyen à la date du 30 Juillet 2017.

Le mouvement communiquera incessamment sur les actions qu’il prévoit ces deux prochaines semaines.

Fait à Dakar, le 19 juillet 2017
Contact : yenamarresenegal@gmail.com

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img