La création de l’emploi et la sensibilisation comme remède contre l’extrémisme violent

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : jeudi 20 juillet 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Boureima Balima

Les actes perpétrés par les groupes terroristes ont de lourdes conséquences. En la matière, le Niger a payé des lourds tributs : des milliers des réfugiés venus des pays voisins mais aussi de l’intérieur ont tout perdu. Les drames humains relevant du barbarisme de Boko Haram sont inimaginables et laissent de nombreuses familles dans l’émoi. Ainsi pour lutter contre ce phénomène, un panel sur le thème : « face à la montée de l’extrémisme identitaire, quelles synergies des acteurs pour une éradication de la violence » a été organisé lors de la 1re édition du festival Ciné Droit Libre à Niamey. Pour les panélistes, la lutte contre l’extrémisme violent doit être générale et passe par la réalisation des activités socioéconomiques mais aussi par la sensibilisation et la conscientisation de la jeunesse.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img