Tin Tua : Pour des filles responsables et autonomes

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mardi 1er août 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Aïssata Sankara

L’ONG Tin Tua, Aidons- nous nous-même, en gulmacema, n’a jamais aussi bien porté son nom qu’à travers son volet formation technique, civique et pratique des villageois.

Officiellement reconnue en 1991, ses domaines d’intervention sont entre autres l’alphabétisation, l’environnement, la santé et l’autonomisation de la jeune fille.

Dans l’est du Burkina Faso, sa principale zone d’action, Tin Tua agit dans la sensibilisation des filles et des parents pour un changement de comportement sur des questions de société telles l’excision, le mariage précoce et/ou forcé et pour l’autonomisation des filles non scolarisées ou déscolarisées.

Tapoa-Gourma, un village situé à 7 kilomètres de Diapaga, est l’illustration parfaite de l’action menée par Tin Tua.

Un reportage réalisé par Aïssata Sankara
produit avec l’appui du Fond Commun Genre

« Aujourd’hui encore, il existe hélas une catégorie d’enseignants irresponsables. C’est surtout eux qui sont à la base des échecs scolaires. Le plus grave est que leurs responsabilités sont parfois voilées par le fait qu’ils ont réussi à transférer à d’autres enseignants des promotions entières d’enfants qu’ils ont mal instruits, mal formés, dévoyés sûrement. Les efforts titanesques des enseignants responsables qui tentent de sauver ces malheureux enfants arrivent trop tard, débouchent fatalement sur des échecs. Il n’y a plus que tristesse et abattement chez ceux dont la conscience est encore vivante. »

Thomas Sankara, ‘Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso – 17 octobre 1986’.

img