Trois ans après le saccage de l’usine Tan Aliz : Les ex travailleurs dans le désespoir

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 10 septembre 2017
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Emploi
AUTEUR : Mouniratou Lougué

A la suite de l’insurrection populaire d’octobre 2014 lors de laquelle l’usine Tan Aliz a été saccagée, 124 personnes ont perdu leurs emplois et des collecteurs de cuir n’ont pas été payés pour la matière première livrée quelques jours avant les faits. Commence une « descente aux enfers » pour ces ex collaborateurs. Près de trois ans après la fermeture de l’usine, ex travailleurs et fournisseurs attendent d’être dédommagés par les responsables de Tan Aliz. Leurs témoignages dans ce reportage.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img