Khadja Nin : Après la musique, place à l’entraide

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : jeudi 8 février 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Culture
AUTEUR : Nouhoum Kane

Khadja Nin, née au Burundi, d’une famille de huit enfants, pratique très tôt le chant et la musique comme la plupart d’entre eux. Elle grandit à Bujumbura où elle devient dès l’âge de sept ans une des principales voix de la chorale de son école et de la cathédrale de la ville. Suit une carrière internationale fulgurante avec des tubes mondialement connus comme "Sambolera", des disques d’or et des grandes scènes.

Après avoir mis fin à sa carrière de façon inattendue, elle sillonne plus de 20 pays d’Afrique avant de s’installer dans un village malien où elle entreprend des activités de microprojets au profit des villageois.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img