La lagune de Bè : Un témoin silencieux des massacres du régime Gnassingbé

PAYS : Togo
DATE DE PUBLICATION : mercredi 25 avril 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Daniel Addeh

Le quartier Bè de Lomé est considéré comme étant le bastion de l’opposition togolaise. Sa lagune est tristement célèbre des massacres dont elle a été témoin. En avril 1991, un soulèvement populaire de remise en cause du règne du général Gnassingbé Eyadema a été violemment réprimé. 28 corps d’hommes, de femmes et d’enfants ont été repêchés de la lagune après cette atrocité.
À son décès en 2005, après le coup d’État militaire et constitutionnel perpétré par son fils Faure Gnassingbé pour s’accaparer du pouvoir, des manifestants qui réclamaient sa démission ont été massacrés au bord de cette lagune.
Monsieur Teko dont le fils a été tué par les militaires puis jeté à la lagune, n’a toujours pas pu récupérer le corps après 13 années passées à la morgue. Découvrez l’histoire macabre de la lagune de Bè sur Droit Libre TV.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img