Attaques terroristes au Burkina : « On ne peut pas continuer avec la banalisation de cette tragédie »

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 7 septembre 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Opinions
AUTEUR : Ismaël Compaoré

Depuis quelques mois, le Burkina Faso fait face à une nouvelle menace à l’Est du pays. Des groupes armés y ont élu domicile et se livrent à des attaques quasi-quotidiennes avec pour cibles privilégiées les forces de défenses et de sécurité. Des mines terrestres et d’autres types d’engins explosifs placés par ses assaillants ont déjà fauché la vie à plus de 10 soldats. Face à cette situation, que faire ?

Droit Libre TV a tendu son micro au Dr. Abdoul Karim Saidou, politologue et chercheur à l’Institut Général Tiémoko Marc Garango pour la gouvernance et le développement. Il se livre à une analyse sans complaisance de la situation sécuritaire nationale.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img