Niger : Face au terrorisme, les médias de Diffa entre le marteau et l’enclume

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : jeudi 7 novembre 2019
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Médias

Pris entre la psychose de Boko Haram et une population désireuse de s’informer, les médias de la région de Diffa dans le sud-est du Niger ont le choix entre résister ou laisser tomber, devant les attaques incessantes de Boko Haram. Conséquences, abandon de postes et réduction des temps de programmes de diffusion dans les médias.

Depuis février 2015, un couvre-feu a été instauré dans cette région frontalière avec le Nigeria, le Tchad et située à plus de 1300 Km de la capitale nigérienne.

Avec une quinzaine de radios qui desservent la région, les journalistes et les auditeurs sont souvent la cible de Boko Haram d’une part, et d’autre part des Forces de défense et de sécurité. Chaque camp voit dans le travail quotidien des hommes des médias, une atteinte à leur notoriété. Ce qui constitue, une atteinte grave à la liberté de la presse.

Malgré tout, les médias de Diffa mènent un travail de sensibilisation et de conscientisation.

Droit Libre TV, depuis Diffa, vous livre ce reportage exclusif.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img