Valsero : « Le Cameroun est le cimetière de la démocratie en Afrique » (entretien)

PAYS : Autres Pays
DATE DE PUBLICATION : mardi 28 janvier 2020
CATEGORIE : VIDÉOS
THEME : Opinions
AUTEUR : Masbé Ndengar

Artiste rappeur et activiste, le Général Valsero est sans nul doute l’un des militants le plus mal aimé par le régime Biya. Traqué, arrêté puis enfermé à plusieurs reprises, la vie de Valsero n’est pas de tout repos dans son propre pays.

En 2019, il fut arrêté lors d’une marche pacifique. Il sera emprisonné pendant dix mois. Grâce à la mobilisation internationale, il a échappé à la condamnation à perpétuité puis libéré. Contraint désormais à l’exil, Valsero, dans cet entretien exclusif qu’il a accordé à Droit Libre TV, est revenu en long et en large et sans langue de bois sur son arrestation, la question des droits humains dans son pays le Cameroun, l’état de la démocratie en Afrique...

Il est revenu également sur l’épineuse question du FCFA mais aussi sur la présence de l’armée française en Afrique. Malgré l’histoire tumultueuse de l’Afrique et tout ce qu’elle continue de traverser, le Général Valsero se dit optimiste quant à l’avenir de son continent.

Entretien exclusif avec Valsero à voir sur Droit Libre TV.

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img