Niger : La journaliste Samira Sabou, une détenue politique …

PAYS : Niger
DATE DE PUBLICATION : mercredi 17 juin 2020
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Médias
AUTEUR : Boureima Balima

C’est sur plainte pour diffamation de Sani Mahamadou Issoufou, fils du président nigérien que la journaliste Samira Sabou a été arrêtée et mise sous mandat de dépôt à la prison civile de Niamey le 10 juin 2020. Dans une publication en date du 26 mai 2020 sur facebook, Samira Sabou faisait une connexion entre une des personnes impliquées dans l’achat d’arme au ministère nigérien de la Défense et « le fils du parton », sans nommé Sani Mahamadou Issoufou.

La détention de la journaliste relance ainsi le débat sur la liberté de presse au Niger. Premier pays à signer la Déclaration de la Table de Montagne (DTM), le Niger dispose également d’une loi portant dépénalisation des délits commis par voie de presse. Pourtant, des journalistes continuent d’être emprisonnés au Niger, à l’image de Samira Sabou. REPORTAGE.

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img