Ouagadougou marche contre Monsanto

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : dimanche 24 mai 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Souleymane DRABO

"Ma santé oui, Monsanto non !" Le samedi 23 mai 2015, les membres du "Collectif Citoyen pour l’Agro-écologie du Burkina Faso" ont tenu à manifester pour exprimer leur inquiétude face à la vulgarisation des cultures OGM sur le sol burkinabé.

Depuis 2001 la firme Américaine Monsanto, premier producteur mondial des graines génétiquement modifiés, tente de convaincre l’état Burkinabé de l’utilité à introduire sur le sol burkinabé les cultures OGM. 

Cela a commencé par le coton "BT" mais la firme veut continuer de diversifier ces expériences sur des produits de première consommation qui sont le maïs, le sorgho, le niébé, la patate douce et le mil.

Les membres du Collectif Citoyen pour l’agro-écologie et certaines organisations de la société civile burkinabé ont tiré la sonnette d’alarme auprès des autorités Burkinabè pour exiger un moratoire sur l’importation, la dissémination et la production des OGM au Burkina Faso pendant dix (10) ans.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img