Affaire Thomas Sankara : l’heure de la vérité au cimetière de Dagnoën

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mercredi 27 mai 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Divers
AUTEUR : Ismaël Compaoré

C’est sous haute surveillance policière que se déroule au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou, l’opération d’exhumation des restes du capitaine Thomas Sankara et de ses 12 compagnons assassinés le 15 octobre 1987. Débutée le lundi 25 mai 2015, c’est dans la matinée du mardi 26 mai que la tombe supposée être celle de Thomas Sankara a été ouverte. Me Bénéwendé Sankara, l’un des avocats de la famille de l’ancien président, encore sous le choc, nous raconte les détails de cette exhumation.

« Aujourd’hui encore, il existe hélas une catégorie d’enseignants irresponsables. C’est surtout eux qui sont à la base des échecs scolaires. Le plus grave est que leurs responsabilités sont parfois voilées par le fait qu’ils ont réussi à transférer à d’autres enseignants des promotions entières d’enfants qu’ils ont mal instruits, mal formés, dévoyés sûrement. Les efforts titanesques des enseignants responsables qui tentent de sauver ces malheureux enfants arrivent trop tard, débouchent fatalement sur des échecs. Il n’y a plus que tristesse et abattement chez ceux dont la conscience est encore vivante. »

Thomas Sankara, ‘Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso – 17 octobre 1986’.

img