Tueries du 28 Septembre 2009 à Conakry : à la rencontre d’une rescapée

PAYS : Guinée
DATE DE PUBLICATION : vendredi 17 juillet 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Moussa Diawara

La justice Guinéenne à travers une commission rogatoire a récemment entendu à Ouagadougou Moussa Dadis Camara, l’ex-chef de la junte militaire au pouvoir à Conakry, dans le cadre du massacre commis par l’armée guinéenne au Stade omnisports le jour du 28 Septembre 2009. Une audition qui fait suite à plusieurs autres conduites à Conakry par les trois juges d’instruction en charge du dossier.

Pour les victimes et parents de victimes, la justice devrait plutôt inculper les auteurs et commanditaires connus de tous et dont certains participent à la gestion du pouvoir avec les nouvelles autorités. Elles dénoncent aussi le fait que le pouvoir les empêchent de commémorer ce triste anniversaire.

Le correspondant de Droit Libre TV en Guinée a rencontré une rescapée de cette tuerie qui reste gravé dans la mémoire collective de tous les Guinéens.

« Aujourd’hui encore, il existe hélas une catégorie d’enseignants irresponsables. C’est surtout eux qui sont à la base des échecs scolaires. Le plus grave est que leurs responsabilités sont parfois voilées par le fait qu’ils ont réussi à transférer à d’autres enseignants des promotions entières d’enfants qu’ils ont mal instruits, mal formés, dévoyés sûrement. Les efforts titanesques des enseignants responsables qui tentent de sauver ces malheureux enfants arrivent trop tard, débouchent fatalement sur des échecs. Il n’y a plus que tristesse et abattement chez ceux dont la conscience est encore vivante. »

Thomas Sankara, ‘Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso – 17 octobre 1986’.

img