Scolarisation des filles : le combat du vieux Gambo

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 23 juillet 2015
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Education
AUTEUR : Bakary OUATTARA

Profitant de sa retraite après de bons et loyaux services rendus à la nation, le vieux Gambo Robespierre refuse cependant de prendre place dans la longue chaise à laquelle semble prédestiné tout retraité. Bien connu dans la ville de Kombissiri dans région du Centre-sud au Burkina Faso, il écume depuis des années les habitations de la citée à la recherche de filles en âge d’aller à l’école.

Son combat est de sensibiliser et au besoin faire pression sur certains parents afin qu’ils scolarisent leur filles et veiller à leur maintien à l’école jusqu’à la fin de leurs études. Un combat qui n’est pas gagné d’avance surtout qu’en milieu rural, il y a malheureusement encore des préjugées sur la présence des filles à l’école. Mais grâce aux résultats encourageants déjà engrangés, ses efforts sont reconnus par la communauté qui l’a choisi pour faire partie des hommes ambassadeurs de l’association d’appui et d’éveil "Pugsada" pour la scolarisation des filles.

Une équipe de Droit Libre TV a passé une journée avec cet homme ambassadeur dont la silhouette ne passe pas inaperçu dans les rues de Kombissiri .

Reportage produit dans le cadre de "Stories of Change" des meilleurs pratiques des partenaires de l’ONG DIAKONIA.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img