10 mn Masbe Ndengar 11 octobre 2022

Reine MEDAH : Journaliste mobile hors pair à Ouahigouya

Reine MEDAH est une journaliste mobile, correspondante de Droit Litre TV à Ouahigouya dans la région du Nord. Comme elle, ils sont une dizaine de jeunes journalistes mobiles (MOJO) au Nord et au Sahel formés par Semfilms et qui réalisent des reportages pour alimenter les programmes de la Droit Libre TV. Ces MOJO prennent d’énormes risques dans le cadre de leurs activités sans compter sur les difficultés auxquelles ils font face quotidiennement. Suivez plutôt le portrait d’une battante, la mobile journalist Reine MEDAH dans ce reportage https://youtu.be/3SJDlG-RTy4

Lire la suite
1Burkina Faso Masbe Ndengar 22 septembre 2022

Marche- meeting-Ouahigouya : La coalition des OSC du Nord déplore “ l’acte’’ des autorités

Le 17 Septembre dernier, la coalition des organisations de la société civile du nord prévoyait une grande marche à Ouahigouya pour dénoncer la crise sécuritaire et humanitaire en vue d’interpeler les autorités burkinabè à prendre leur responsabilité. Cette marche a été empêchée par l’autorité publique qui a brandit l’interdiction de manifestation à caractère associatif. La marche s’est vue transformée en meeting où les militants ont pu exprimer    leur colère. Retour sur cette marche-meeting avec notre reporter Harouna SAWADOGO. https://www.youtube.com/watch?v=hrLaOHyO8R4

Lire la suite
1Burkina Faso Masbe Ndengar 7 septembre 2022

Insécurité : Ousseni SAVADOGO déplacé interne et rebouteur hors pair à Ouahigouya

Ousseni SAVADOGO est une personne déplacée interne et rebouteur vivant à Ouahigouya. Il a fui son village d’origine Ingaré pour raisons de sécurité. Il peut recevoir 50 à 60 patients par jour. Cependant, il rencontre plusieurs difficultés qui limitent son travail. Notre reporter Harouna SAWADOGO a décidé de faire un zoom sur son activité et voici son reportage. https://www.youtube.com/watch?v=f8zzSqiKXEM

Lire la suite

« Dialoguer avec les groupes armés terroristes : Une alternative pour la résolution de la crise sécuritaire »

Face à l’insécurité qui sévit dans la région du nord comme dans la plupart des régions du Burkina Faso, les producteurs agricoles de Kossouka sont inquiets. Ils pensent qu’un dialogue entre les autorités burkinabè et les groupes armés terroristes pourrait être une alternative pour résoudre la crise sécuritaire au Burkina Faso.  Pour eux, le dialogue permettrait aux deux parties de trouver un consensus. Pour rappel, Kossouka est une commune située dans la province du Yatenga au Burkina Faso. Écoutez ces producteurs au micro de Inoussa OUÉDRAOGO. https://www.youtube.com/watch?v=-8E7miT49E4

Lire la suite

Insécurité-marche-Dori : Le ras-le-bol des populations du Sahel

Les populations de la région du sahel au Burkina Faso ont organisé une marche pacifique à Dori pour exprimer leur mécontentement lié à l’insécurité et aux mauvaises conditions de vie. Elles ont pris d’assaut les artères de la ville jusqu’au gouvernorat afin de dénoncer la dégradation sécuritaire et humanitaire qui nuisent la quiétude des habitants. Ces manifestants réclament entre autres le retour de la paix afin que leurs droits à la sécurité et à la vie soient garantis sous toutes ses formes. Retour sur cette marche avec notre Reporter Jules Gauthier OUÉDRAOGO https://www.youtube.com/watch?v=CZ9eiwNV_1Y

Lire la suite

Issa KOROGO, déficient moteur et volontaire de sécurité routière

Issa KOROGO est un adolescent en situation de handicap. Malgré ce handicap, il fait de la sécurisation routière, son cheval de bataille.  En effet, il s’y donne corps et âme pour minimiser les risques d’accidents et les embouteillages. Il prend cette activité de régulation de la circulation comme une contribution citoyenne. À son jeune âge, il nourrit l’ambition d’ouvrir un jour sa propre agence de sécurité routière dans laquelle il collaborera avec d’autres jeunes.  Ce jour marquant le début de la semaine nationale de la sécurité routière au Burkina, un de nos reporters fait un zoom sur l’activité de ce volontaire,

Lire la suite

Saisons Pluvieuses à Ouahigouya : Le calvaire des riverains du tronçon Tougouzagué-centre-ville

Après chaque pluie, les riverains et usagers du tronçon reliant Tougouzagué au centre-ville de Ouahigouya, vivent un calvaire. En effet, l’eau envahie la voie laissant la population dans un désarroi total. La pluie qui s'est abattue la nuit du 31 juillet au 1er aout 2022, n’a pas fait de cadeaux à ces riverains. Ils lancent leur cri de cœur aux autorités de la transition. Revivez le martyre des usagers en images avec Inoussa OUÉDRAOGO. https://www.youtube.com/watch?v=Ow4iW86FWF8

Lire la suite

Gorom-Gorom : « C’est avec amertume que nous populations surtout la frange jeune avons reçu ce décret »

Suite au décret interdisant la mise en circulation de certains engins de type Aloba, sanili, tricycle et assimilés, les jeunes de Gorom-Gorom ont organisé une rencontre pour exprimer leurs mécontentements. Ces jeunes trouvent ces restrictions excessives et ont donc initié la rencontre pour demander aux autorités de les alléger. Pour le porte-parole du comité d’éveil, Bassirou MAÏGA, c’est avec un sentiment d’amertume que les jeunes ont accueilli le décret. Suivez les détails dans ce reportage de Bello Aboubacar DIALLO https://www.youtube.com/watch?v=8OrPmhFFLUI

Lire la suite

« Festin des tambours », un festival pour promouvoir le tam-tam à Ouahigouya

Le tam-tam est un instrument traditionnel bien connu au pays des hommes intègres. Il annonce et participe aux événements sociaux à savoir les naissances, les coutumes, les réunions, etc. Dans le souci de valoriser cet instrument, le Centre de Rencontre pour la Musique et la Danse du Nord (CERMUD) organise chaque année le « Festin des Tambours ». Pour la 7 -ème édition, le festival s’est tenu sous le thème : « Quelle contribution de la culture à la promotion de la cohésion sociale et du développement local ?». https://www.youtube.com/watch?v=UZx5Ws0o-ks

Lire la suite
1Burkina Faso Masbe Ndengar 15 juillet 2022

Tabaski 2022 à Ouahigouya : Est-ce un jour de fête ou de tristesse pour ces enfants déplacés ?

Les enfants déplacés ont célébré la fête de l’Aïd Al-Adha différemment des autres enfants musulmans à Ouahigouya. En effet, ces enfants n’ayant pas eu de nourriture, se sont juste contentés de la prière solennelle avant de revenir à leurs activités de routine. Pour les parents, le plus important reste le retour de la sécurité afin de permettre à leurs enfants de reprendre le chemin de l’école et de manger à leur faim. Pour eux, les vêtements et les repas copieux de fêtes sont justes des accessoires. Harouna SAWADOGO a eu un regard particulier à l’endroit des enfants déplacés le jour

Lire la suite