4Focus root 31 juillet 2019

Incarcération de Valséro : « Un aigle n’a pas sa place en cage » (Elom 20ce)

« Par nos actions, nous devons prouver nos prédictions sur l’avenir. » George Jackson. 1er Juillet 2019, l’année entame sa descente. Ce lundi, cela fait 157 jours que Valsero et Faucon Amente (ingénieur son) sont à l’ombre des murs de la prison centrale de Yaoundé. Une pensée à eux, et à tou.te.s les prisonnier.e.s politiques en Afrique et dans le monde. Le groupe de rap Dead Prez a dit dans le tire « Behind Enemy Lines » que : « You ain’t gotta be locked up to be in prison (Vous n’avez pas besoin d’être enfermés pour être en prison) ». Je ne parle donc pas juste

Lire la suite
2Espace bloggeurs root 31 juillet 2019

Burkina Faso : Le nouveau code pénal pourrait conduire jusqu’à dix ans de prison pour diffusion d’information sur les opérations militaires

Le projet de loi portant modification du code pénal contient des dispositions qui restreignent les libertés publiques en particulier les libertés d’expression et de presse et le droit à l’information au Burkina Faso, ont déclaré aujourd’hui Amnesty International, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA), le Centre pour la qualité du droit et la justice (CQDJ) et l’Association des bloggeurs du Burkina (ABB). Alors que le parlement examine demain le projet de loi, les organisations relèvent le risque de criminalisation de l’activité des défenseurs des droits humains, des journalistes, des acteurs des réseaux

Lire la suite
2Espace bloggeurs root 31 juillet 2019

Burkina Faso : la FIJ appelle au retrait de la réforme du Code pénal

L’Assemblée nationale du Burkina Faso a adopté le 21 juin une réforme du Code pénal qui prévoit jusqu’à dix années de prison pour la diffusion d’informations relatives aux opérations militaires. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et l’Association des journalistes du Burkina (AJB) appellent à l’abandon de cette loi qui constitue une violation caractérisée de la liberté de la presse. La réforme est présentée par le gouvernement comme un moyen de renforcer la lutte contre les groupes terroristes, notamment l’organisation Etat islamique et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, dont les attaques se font de plus en

Lire la suite